UNE TECHNIQUE D’ÉVALUATION NON INVASIVE DE LA PERFUSION PLACENTAIRE PAR ASL (ARTERIAL SPIN LABELING) MRI, TESTÉE SUR LE RAT

Non-invasive assessment of placental perfusion in vivo using arterial spin labeling (ASL) MRI: A preclinical study in rats.
Deloison BSalomon LJQuibel TChalouhi GEAlison MBalvay DAutret GCuenod CAClement OSiauve N.
 2019 Feb;77:39-45. doi: 10.1016/j.placenta.2019.01.019.

Ce travail, mené par une équipe intégrant des membres de LUMIERE, a fait l’objet d’une publication dans la revue Placenta (Volume 77 – February 2019).

L’ÉTUDE DU PLACENTA : UNE VOIE DE RECHERCHE ESSENTIELLE À LA COMPREHENSION DES PATHOLOGIES DE LA GROSSESSE, ET PEUT-ÊTRE MÊME DE CERTAINES PATHOLOGIES POST-NATALES.

Plusieurs articles récemment parus dans des medias américains et canadiens (New York Times 2018/12/03CBC.ca 2019/01/03) font état d’un intérêt croissant pour les travaux de recherche autour du placenta, de sa physiologie et de son implication dans la genèse de diverses pathologies de la grossesse. Plus encore, rejoignant ainsi certains objectifs que nous avons fixés à la plateforme LUMIERE, on commence à entrevoir l’implication possible de cet organe éphémère dans des pathologies développées après la naissance, voire à l’âge adulte.

L’étude du placenta, classiquement réduit au simple examen anatomo-pathologique au décours de la grossesse, est insuffisant pour expliquer certaines pathologies. Aussi, le développement d’outils destinés à explorer l’activité placentaire tout au long de la grossesse n’en devient-il que plus nécessaire. Le Human Placenta Project (HPP), que soutient puissamment le National Institute of Child Health and Human Development  (NICH), coordonne à cet effet de multiples travaux destinés à mettre au point de nouvelles méthodes non invasives d’exploration en temps réel de la fonction placentaire. On nourrit ainsi l’espoir de mieux comprendre (et donc mieux prendre en charge) certaines pathologies gravidiques. Ces travaux auraient même pour ambition de mieux appréhender les raisons d’une prévalence plus élevée, chez les enfants de sexe masculin, de certaines neuro-pathologies (autisme, schizophrénie, trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité -TDAH-), etc…). Ces thèmes de recherche feront partie de ceux que pilotera la plateforme LUMIERE dont le déploiement est en cours d’achèvement.

Mission d’étude auprès de l’IRM 3T du CHU de Nancy

nancyirm

Une mission d’étude a été conduite par Anne-Elodie Millischer, Nathalie Siauve et Laurent Salomon pour le compte de la Fondation LUMIERE auprès de L’IRM 3T du CHU de Nancy. L’un de ses objectifs était d’étudier la façon dont s’organise le partage de cette l’IRM entre activité clinique et activité de recherche. Les activités de recherche y sont assurées au sein de 2 structures :
1/ Le laboratoire IADI (Imagerie Adaptative, Diagnostique et Interventionnelle) que dirige le Pr Jacques FELBLINGER. Cette Unité de recherche INSERM (U947) et UL étudie le développement des techniques et des méthodes afin d’améliorer l’imagerie des organes en mouvement, spécialement en IRM.
2/ Le CIC-IT, autour du Pr Jacques FELBLINGER et de Marine Beaumont, est un Centre d’Investigation Clinique – Innovation Technologique, labellisé CHU (pôle S2R), INSERM (CIC1433) et UL – TD. Il apporte une expertise technique et scientifique axée sur les dispositifs médicaux, les techniques et les protocoles de recherche clinique pour l’IRM.
40% du temps d’occupation de l’IRM 3T concernent les activités de recherche. Parmi les projets en cours de développement, l’axe de recherche obstétricale autour de la vascularisation placentaire, sous la direction du Pr Olivier MOREL, a tout spécialement été discuté dans la mesure où cette question sera centrale parmi les principaux sujets d’étude de LUMIERE.
Au décours de cette visite, il a été prévu que des collaborations se mettent en place entre nos deux structures.

By |28 2 2016|Categories: Imagerie|Tags: , |

FONDATION LUMIERE : UNE PLATEFORME DE RECHERCHE EN IMAGERIE ANTÉNATALE


fondation_lumiere
Parce que l’Homme que nous serons se construit dès les premiers mois in utero, il devient aujourd’hui essentiel de développer des outils pour voir, examiner et même soigner le fœtus. Au cours des neuf mois de la grossesse, se créent les fondations de ce que sera notre vie future, avec un impact important sur notre santé d’enfant et d’adulte. C’est aussi au cours de ces premières semaines ou mois que peuvent apparaître certaines maladies, dont le retentissement peut perdurer tout au long de la vie et générer des handicaps permanents et sévères. Depuis quelques années, les progrès de la médecine fœtale et de l’imagerie, ont permis des avancées décisives. L’utilisation de techniques modernes d’imagerie est indispensable pour poursuivre ces progrès, car elles sont essentielles pour permettre aux médecins en charge du fœtus, d’approcher leur patient. (suite…)

NIH INVESTS $46 MILLION IN TECHNOLOGIES TO MONITOR PLACENTAL HEALTH

nih

The National Institutes of Health has announced $46 million in research awards for the Human Placenta Project, an initiative to revolutionize understanding of the placenta. The awards will fund technology development and testing to assess placental function throughout pregnancy, with the ultimate goal of improving pregnancy outcomes and lifelong health.
Many problems of pregnancy — such as preeclampsia, preterm birth, and even stillbirth — can occur because of problems with the placenta. If researchers can develop tools to monitor the placenta from the earliest stages of pregnancy, physicians may one day be able to identify problems sooner and intervene more quickly.
NIH has funded 19 projects, totaling approximately $46 million in this fiscal year. The awards will support development of safe, noninvasive methods to monitor the placenta in real time, throughout all stages of pregnancy. The funds also will support research on environmental factors that may affect placental function.

(suite…)

By |7 10 2015|Categories: Non classé, Physiopathologie, Placenta|Tags: |

LE PHRC (PROJET HOSPITALIER DE RECHERCHE CLINIQUE) PLACENTIMAGE EST ACHEVÉ

IRM placenta

Ce travail avait pour but de s’assurer que la technique d’IRM fonctionnelle placentaire chez la femme enceinte était réalisable, de déterminer les valeurs normales de perfusion placentaire utilisables en pratique clinique pour le futur, et d’acquérir les données fondamentales sur le passage transplacentaire et la pharmacocinétique materno-fœtale du gadolinium.
Le recrutement de ce projet est terminé, et cette étude a été menée à terme dans d’excellentes conditions. Les données sont maintenant en cours d’analyse et seront prochainement publiées.

UCLA SCIENTISTS AWARDED $4.2 MILLION TO STUDY HOW POLLUTION AFFECTS DEVELOPMENT OF THE PLACENTA

ucla team

Building upon earlier work that has examined the impact of air pollution on pregnancy, Kyung Sung, Dr. Sherin Devaskar and Dr. Carla Janzen, along with Dr. Beate Ritz (not pictured), will study how exposure to pollution affects the placenta.

The National Institutes of Health has awarded UCLA a $4.2 million grant to study how environmental pollution negatively affects how the placenta develops in pregnant women, ultimately contributing to poor pregnancy outcomes.
Dr. Sherin Devaskar, the Mattel Executive Endowed Chair of the department of pediatrics at Mattel Children’s Hospital UCLA, will lead a team of researchers that will build upon earlier work that has examined the impact of air pollution on pregnancy.
The placenta is a critical organ that shuttles blood, oxygen, and nutrients from mother to fetus and clears harmful waste like carbon dioxide. It also produces hormones to help sustain the pregnancy and regulate the immune system so that mother and fetus can coexist. Many problems of pregnancy — such as preeclampsia, preterm birth, and even stillbirth — can occur because of problems with the placenta. (suite…)

By |22 9 2015|Categories: Physiopathologie, Placenta|Tags: |